La calvitie ne sera bientôt plus une fatalité

Des chercheurs qui faisaient une série d’expériences pour mesurer le rôle du stress sur les intestins, ont découvert par inadvertance une protéine très prometteuse pour le traitement de la calvitie. Les chercheurs publient leurs études dans la revue Plos One.

Dans le cadre de leurs travaux, les scientifiques avaient choisi de commencer par modifier l’ADN des souris pour qu’elles surproduisent une hormone responsable du stress. Ces animaux  génétiquement modifiés ont alors rapidement perdu une grande partie de leurs système pileux pour devenir chauves. Un résultat conforme puisque la calvitie engendrée par le stress est un phénomène connu.

Des résultats reproductible :

Les chercheurs ont alors fait une injection sous cutanée aux souris de laboratoire une substance supposée arrêter les effets responsable du stress. Leur objectif initial était de mesurer les conséquences de la molécule sur les intestins des rongeurs. Une première dose n’ayant eu pas d’effet, les chercheurs les ont recommencées cinq journée de suite avant de replacer les souris dans leur maison. Trois mois plus tard, alors que les chercheurs s’apprêtaient à continuer leurs recherche, ils ont découvert avec surprise que les animaux avaient retrouvé l’intégralité de leur poil. De nouvelle recherche ont permis de prouver une relation entre les injections de cette substance et cette spectaculaire repousse.

Un brevet déposé :

Ces travaux de laboratoire montrent qu’un traitement sur une courte période avec ce composé chimique se caractérise par un renforcement du cuir chevelu de longue durée. Les entreprises qui ont participer financièrement dans ces recherches ont déjà posé un brevet pour ce traitement contre la perte de cheveux.

Laisser un commentaire

Fermer le menu