Les troubles psychologiques

Il est difficile d’identifier un trouble psychologique et encore plus d’en expliquer l’origine, les mécanismes mentaux, voire cérébraux. Les carnets de psycho tentent néanmoins d’apporter un maximum d’informations concernant les différentes pathologies mentales ainsi que les progrès de la recherche pour soigner ces troubles psychologiques.

Un exemple: la sociopathie

Par exemple, la sociopathie (ou psychopathie) est une pathologie mentale encore mal connue et qui est souvent accompagnée de préjugés et fausses croyances telles que “les sociopathes sont des tueurs en séries”… Il s’avère que ce trouble de la personnalité antisociale se caractérise principalement par une grande difficulté, voire une incapacité à ressentir des émotions. Par conséquent, les psychopathes sont prêts à prendre des risques inconsidérés pour concrétiser leurs envies, sans avoir peur des conséquences de leurs actes sur la santé, la morale, la justice, etc. En outre, les sociopathes présentent un défaut d’empathie. Ainsi, il sont incapables de prendre vraiment conscience de la souffrance qu’ils peuvent causer à autrui. Pour autant, ceci ne signifie pas que tous les sociopathes sont des criminels sans états d’âme.

L’implication de certaines zones cérébrales

Il y aurait plusieurs causes à cette pathologie. L’une d’entre elles seraient d’ordre cérébrale. Certaines zones du cerveau impliquées dans l’empathie et les émotions ne seraient pas développées normalement.

Cette découverte aide à mieux comprendre les mécanismes mentaux sous-jacents aux comportements des sociopathes. Aussi, les progrès de l’exploration cérébrale aident à véritablement mieux localiser et comprendre le fonctionnement du cerveau et donc de nos différentes capacités intellectuelles, musicales, physiques… Par exemple, l’une des premières aires cérébrales qui a été identifiée est l’aire du langage. Plus précisément, deux principales aires du langage ont été localisées dans le cerveau.

Cette exploration du cerveau a commencé par des autopsies post mortem, ce qui donnait des résultats approximatifs. Aujourd’hui, grâce aux techniques d’imagerie, la localisation des fonctions cérébrales est de plus en plus précise.

Laisser un commentaire

Fermer le menu